souvenir

souvenir
souvenir 1.
(sou-ve-nir ; d'après Palsgrave, p. 4, au XVIe siècle ; il lui souvient est prononcé il lui souviant) v. n. impersonnel.
   Il se conjugue comme venir.
   Venir à l'esprit (sens étymologique et primitif). Il m'est souvenu d'un passage qui confirme mon idée.
   Qu'il te souvienne De garder ta parole, et je tiendrai la mienne, CORN. Cinna, V, 1.
   Il peut vous souvenir quelles furent mes larmes, Quand Tryphon me donna de si rudes alarmes, CORN. Rodog. II, 3.
   Quoi qu'on m'ait fait d'outrage, il ne m'en souvient plus, CORN. Sertor. III, 4.
   Sur ce propos, d'un conte il me souvient, LA FONT. Fabl. III, 7.
   Je vous remercie de vous habiller ; vous souvient-il combien vous nous avez fatigués avec ce méchant manteau noir ?, SÉV. à Mme de Grignan, 21 juin 1671.
   Il vous souvient de plus que le roi votre père.... - Jodelet : Ma foi, s'il m'en souvient, il ne m'en souvient guère, TH. CORN. Geôlier de soi-même, II, 6.
   Ne vous souvient-il plus, seigneur, quel fut Hector ?, RAC. Andr. I, 2.
   Mon père, il m'en souvient, m'assura de ton zèle, RAC. Brit. I, 4.
   J'ai pu voir Mme de Fontanges ; mais ou je ne l'ai pas vue, ou il ne m'en souvient pas, Mme DE CAYLUS Souvenirs, p. 39, dans POUGENS.
   Qu'il me souvienne, autant que je puis me le rappeler.
   De lui je n'ai, qu'il me souvienne, rien à vous dire, IMBERT Jaloux sans amour, II, 7.
   Il vous souvient de cette fête Où l'on voulut nous voir danser, MARMONTEL la Fausse magie..
   Familièrement. C'est du plus loin qu'il me souvienne, se dit d'une chose dont le souvenir est presque effacé.
   Vous voir ! c'est du plus loin qu'il me souvienne, REGNARD Joueur, III, 7.
   Vous vous souvenez, quoique ce soit du plus loin qu'il vous souvienne, que c'est la religieuse qui parle, MARIV. Marianne, 9e part..
   Se souvenir, v. réfl. Avoir mémoire de quelque chose. Je ne me souviens pas s'il y était. Je ne me souviens pas quand cela est arrivé.
   Je ne me souviens point que vous soyez venue, Depuis le temps de Thrace, habiter parmi nous, LA FONT. Fabl. III, 15.
   Nous nous souvenons encore très distinctement comme tout cela passe vite à Paris, SÉV. 17 juin 1685.
   À la vue du saint viatique, le prince de Condé se souvient des irrévérences dont hélas ! on déshonore ce saint mystère, BOSSUET Louis de Bourbon..
   Hélas ! je m'en souviens : le jour que son courage Lui fit chercher Achille, ou plutôt le trépas, Il demanda son fils...., RAC. Andr. III, 8.
   Peu de gens se souviennent d'avoir été jeunes, et combien il leur était difficile d'être chastes et tempérants, LA BRUY. XI.
   Bonsoir, mon très cher confrère, souvenez-vous de moi avec ceux qui s'en souviennent, VOLT. Lett. Marmontel, 21 juin 1771.
   Il [le P. Thomassin] oublia sur la fin de sa vie tout ce qu'il avait su, et ne se souvint plus d'avoir écrit, VOLT. Louis XIV, Écriv. Thomassin.
   Qu'il [Pythagore] avait été, et qu'il s'en souvenait bien, jeune garçon, jeune fille, plante immobile, poisson phosphorique, oiseau léger, puis philosophe, DIDER. Op. des anc. philos. (Pythagorisme).
   Je me souvien, écrit sans s, par une licence poétique qui est un archaïsme.
   Je me souvien D'avoir eu pour ami, dans mon enfance, un chien, LAMART. Joc. III, 120.
   Se souvenir de loin, se souvenir de choses arrivées il y a longtemps.
   Fig. Il n'est pas vieux, mais il se souvient de loin, se dit ironiquement d'un vieillard qui fait le jeune.
   Avec ellipse du pronom personnel.
   Tous les objets qui se présentent à moi me font souvenir d'elle [une dame], VOIT. Lett. 42.
   Le cocher de Mme de Caderousse fait assez souvenir de celui du cardinal de Retz, SÉV. 26.
   Il [un jésuite portugais] me demanda de l'emploi dans ma maison ; cela me fit souvenir de l'aumônier Poussatin [des Mémoires de Grammont] ; je lui proposai d'être laquais, VOLT. Lett. Chauvelin, 25 oct. 1761.
   Garder la mémoire soit d'un bienfait, soit d'une injure. Seigneur, ne vous souvenez point de nos offenses.
   Que tarde la chrétienté à se souvenir et des secours de Candie et de la fameuse journée de Raab où Louis renouvela dans le coeur des infidèles l'ancienne opinion qu'ils ont des armes françaises ?, BOSSUET Mar.-Thér..
   Ne vous souvenez plus qu'il vous ait offensée, RAC. Brit. IV, 1.
   Il faut que sur le trône un roi soit élevé, Qui se souvienne un jour qu'au rang de ses ancêtres Dieu l'a fait remonter par la main de ses prêtres, RAC. Ath. I, 2.
   Je sais ce qu'on vous doit.... Et je m'en souviendrais, si vous n'en parliez pas, VOLT. Sémir. II, 1.
   Par forme de menace. Je m'en souviendrai, je l'en ferai repentir.
   Il s'en souviendra, il s'en repentira.
   On dit de même. Souvenez-vous-en.
   S'occuper de, avoir soin de. Souvenez-vous de mon affaire.
   Souvenez-vous surtout de répondre de lui, VOLT. Triumv. III, 5.
   Considérer, faire attention. Souviens-toi que tu n'es que poussière.
   Elle console le roi, qui lui écrit de la prison même qu'il ne faut craindre de lui aucune bassesse, parce que sans cesse il se souvient qu'il est à elle, BOSSUET Reine d'Angleterre..
   Souvenez-vous bien Qu'un dîner réchauffé ne valut jamais rien, BOILEAU Lutr. I.
   1. Souvenir suivi de que, dans une phrase affirmative ou interrogative, veut l'indicatif ; dans une phrase négative, veut le subjonctif : Je me souviens que vous avez dit cela ; je ne me souviens pas que vous ayez dit cela.
   2. Faire souvenir quelqu'un d'une chose ou faire souvenir à quelqu'un d'une chose : les deux se disent ; cependant la première façon est plus usitée, se rapportant à se souvenir, verbe réfléchi ; la seconde plus correcte, se rapportant à il souvient, verbe impersonnel.
   Achior tout seul ose parler sans artifice, et faire souvenir à ce chef orgueilleux [Holopherne] que toutes ses forces viendront échouer contre cette ville [Béthulie], MASS. Carême, Mélange.
Vaugelas admettait ces deux constructions, tout en disant que la première est plus usitée à la cour. L'Académie, dans ses Remarques sur Vaugelas, condamne absolument la seconde ; mais elle se trompe, ne distinguant pas dans souvenir le verbe impersonnel et le verbe réfléchi.
   3. Latin subvenire, venir par-dessous ; de là la locution il me souvient, la seule dont nos anciens se soient servis. Ce n'est qu'au XVIe siècle que je me souviens s'est introduit, par un barbarisme égal à un verbe tel que je m'importe, pour il m'importe. Mais ce barbarisme est désormais consacré ; et il n'y a pas à revenir contre l'usage.
   4. Des grammairiens ont essayé d'établir une nuance entre il me souvient et je me souviens, disant que le premier marque une chose qui se présente d'elle-même à la mémoire, et le second une chose que l'on se rappelle à dessein. Cette distinction n'est pas réelle.
   SE SOUVENIR, SE RESSOUVENIR. Se souvenir, c'est garder le souvenir d'une chose. Se ressouvenir, c'est se rappeler le souvenir d'une chose que l'on avait oubliée : J'avais oublié cette conversation, vous m'en faites ressouvenir. Ressouvenir suppose une interruption dans le souvenir.
   XIe s.
   De grant dolur li poüst suvenir, Ch. de Rol. CCLV.
   XIIe s.
   Ne lor sovenoit pas de jeu ne de chançon, Sax. XXII.
   Et li douz chans des menus oisillons Fait as pluseurs de joie suvenir, Couci, XIII.
   XIIIe s.
   Mais un espoir m'a tant reconforté, Que il lui doit de mes maus souvenir, le COMTE D'ANJOU, Romancero, p. 124.
   Quant [il] me souvient de Berte, à poi que [je] ne m'occi, Berte, CVIII.
   De si lonc tans comme il pot sovenir à homme, BEAUMANOIR XXII, 7.
   Et bien doit nommer et especifier en son testament toutes les detes et toz les torfès dont il pot estre souvenans, BEAUMANOIR XII, 58.
   XIVe s.
   Sire, dist Bauduins, voeilliez à Dieu penser ; Ne vous doit souvenir fors de Dieu aourer, Baud. de Seb. VIII, 530.
   Sire, sovaignes vos de Caton en romant, Qui disoit à son fils...., Girart de Ross. v, 1255.
   XVe s.
   Je vous envoie ce dont promptement m'est souvenu, COM. Prol..
   Plusieurs fois avoit esté crié par aucuns des nostres, en combattant : Souvienne vous de Guinegate, COM. VIII, 6.
   XVIe s.
   Soubvenir assez vous peut de la mansuetude dont ilz usarent, RAB. Garg. I, 50.
   Le seigneur Dieu de nous souvenira, Plus que jamais Israel benira, MAROT IV, 326.
   Nous plorions melancoliques, Nous souvenans des malheurs de Sion, MAROT IV, 334.
   Souvienne-toi que chacun d'eux disoit : à sac, à sac, qu'elle soit embrasée, MAROT IV, 334.
   Souvienne-nous qu'on ne doit oster de sa gloire [de Dieu] tant peu que ce soit, CALV. Instit. 68.
   Vous avés eu beaucoup d'amys ; mais souvegnés vous que vous n'avés eu que une mere, MARG. Lett. 154.
   Il ne s'est point souvenu de dire, ou faire, ou taire cela, MONT. I, 34.
   Il m'est souvenu de mon homme, MONT. I, 182.
   Il me feit souvenir du conte que...., MONT. II, 72.
   L'ame, par sa faculté, ratiocine, se souvient, juge...., MONT. I, 295.
   Je l'ay bien ouy nommer, dit l'estranger, mais il ne m'en souvient pas, AMYOT Sol. 9.
   Il se prit à plorer par compassion en se souvenant de la fortune de son ayeul, AMYOT ib. 77.
   Quand on vous demandera là où vous avez abandonné votre capitaine, souvenez de rezpondre que ce a esté à Orchomene, AMYOT Sylla, 46.
   Il fault qu'ilz se souviennent que je n'ai pas pris à escrire des histoires, ains des vies seulement, AMYOT Alex. I.
   Provenç. sovenir ; ital. sovvenire ; du latin subvenire, subvenir, de sub, sous, et venire, venir. Ce sont les langues romanes qui ont donné à ce verbe le sens de venir en mémoire, en le détournant légèrement : subvenit mihi, il me subvient, il subvient en ma mémoire.
————————
souvenir 2.
(sou-ve-nir) s. m.
   Impression qui demeure en la mémoire.
   Ne croyez point, ma fille, que son souvenir [de Turenne] fût fini ici, quand votre lettre est arrivée, SÉV. 266.
   Il y a des souvenirs agréables ; mais il y en a de si vifs et de si tendres, qu'on a peine à les supporter, SÉV. 57.
   Et que tout ce qu'il dit, facile à retenir, De son ouvrage en vous laisse un long souvenir, BOILEAU Art poét. III.
   En vain vous en pourriez perdre le souvenir, RAC. Mithr. IV, 4.
   J'espère que du moins un heureux avenir à vos faits immortels joindra mon souvenir, RAC. Iph. V, 2.
   Je vous prie de me maintenir dans les bons souvenirs de Mme de Faugnes, J. J. ROUSS. Lett. à de Luze, 27 nov. 1765.
   La solitude où je comptais nourrir les précieux souvenirs des bontés de M. le prince de Conti et des vôtres, J. J. ROUSS. Lett. à Mme de Boufflers, 18 janv. 1766.
   Le souvenir est l'ombre des plaisirs, DESMAHIS Poés. p. 36, dans POUGENS.
   Le souvenir d'une langue n'est pas uniquement dans les habitudes du cerveau ; il est encore dans les habitudes des organes de l'ouïe, de la parole et de la vue, CONDIL. Log. I, 9.
   L'esprit ne vit que de souvenirs, et rien de plus naturel que de prendre de bonne foi sa mémoire pour son imagination, MARMONTEL Oeuv. t. IX, p. 266.
   Tu connais déjà des maux qu'on ignore à ton âge, les regrets amers, les souvenirs douloureux ..., GENLIS Théât. d'éduc. Veuve de Sarepta, sc. I.
   Et tel que ce serpent que tranche un fer barbare, Fidèle à la moitié dont l'acier le sépare, à ses vivants débris cherche encor de s'unir, Ainsi vers le passé revient le souvenir, DELILLE Imag. II.
   Quant aux souvenirs, il n'est pas douteux que plus ils ont été répétés, plus ils nous reviennent facilement, DESTUTT-TRACY Instit. Mém. Sc. mor. et pol. t. I, p. 439.
   On rajeunit aux souvenirs d'enfance, Comme on renaît au souffle du printemps, BÉRANG. Souvenirs d'enfance..
   Le souvenir de l'espérance est frère, P. LEBRUN Poés. t. I, p. 5.
   Le souvenir de la mort, la pensée qu'on doit mourir.
   En termes de civilité.
   Quand vous lui écrirez [à Mme de Vins], faites-lui des amitiés pour moi, et tâchez de faire aller un souvenir jusqu'à Pompone, SÉV. 29 nov. 1684.
   Je reçois des souvenirs très aimables de M. de Lamoignon, SÉV. 15 nov. 1684.
   La faculté même de la mémoire. Je ne saurais effacer cette action de mon souvenir.
   Je vous assure que, quelque part que je sois, elle [une dame] est toujours dans mon coeur et dans mon souvenir, VOIT. Lett. 40.
   Je ferai tous vos compliments ; je suis fort assurée qu'ils seront bien reçus ; chacun se fait un honneur d'être dans votre souvenir, SÉV. à Mme de Grignan 5 juin 1675.
   Parlez ; ne suis-je plus dans votre souvenir ?, RAC. Brit. II, 6.
   Par extension, ce qui fait conserver la mémoire de quelque chose, de quelqu'un. Ses blessures sont pour lui de glorieux souvenirs de ses victoires.
   En souvenir de moi, protégez-la toujours, C. DELAV. Paria, III, 1.
   À ton revers j'admire une reprise ; C'est encore un doux souvenir, BÉRANG. Mon habit..
   Cadeau que l'on fait en partant, pour laisser le souvenir de soi à la personne que l'on quitte.
   Au plur. Nom donné à des espèces de mémoires où l'on raconte ce que l'on se rappelle avoir vu.
   J'écris des souvenirs sans ordre, sans exactitude, et sans autres prétentions que celle d'amuser mes amis, Mme DE CAYLUS Souvenirs, p. 5.
   Tablettes où l'on écrit ce que l'on veut se rappeler. Voilà un joli souvenir. J'ai écrit cela sur mon souvenir.
   Espèce de planchette divisée en sept parties disposées en crans, portant chacune sur une étiquette le nom d'un jour de la semaine, afin qu'on puisse y noter, pour chaque jour, ce qu'on aura à faire ce jour-là.
   XIIIe s.
   Lors vint Doulx-penser, Esperance, Et Sousvenirs qui moult s'avance, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 730.
   XVIe s.
   ....avant qu'on te voye estre, Jerusalem, hors de mon souvenir, MAROT IV, 334.
   D'autre costé, du bien que je poursuis Le subvenir renforce mon martyre, MAROT VI, 263.
   Souvent le souvenir de la chose passée, Quand on le renouvelle, est doux à la pensée, RONS. 787.
   Le doux souvenir que j'emporte de toy, RONS. 791.
   Le souvenir d'un adieu, d'une action, d'une grace particuliere, d'une recommandation derniere, MONT. III, 300.
   Souvenir 1 ; wallon, sofni.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Нужно сделать НИР?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Souvenir — Sn Mitbringsel, Andenken erw. fremd. Erkennbar fremd (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. souvenir m., substantiviert aus frz. souvenir erinnern , aus l. subvenīre einfallen, in die Gedanken kommen , zu l. venīre kommen und l. sub .    Ebenso… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • souvenir — 1775, a remembrance or memory, from Fr. souvenir, from O.Fr., noun use of souvenir (v.) to remember, come to mind, from L. subvenire come to mind, from sub up + venire to come (see VENUE (Cf. venue)). Meaning token of remembrance, memento is… …   Etymology dictionary

  • Souvenir — »Andenken, Erinnerungsstück«: Das Fremdwort wurde im 19. Jh. aus gleichbed. frz. souvenir (eigentlich »Erinnerung«) entlehnt, einer Ableitung vom frz. Verb souvenir »sich erinnern«. Dies geht auf lat. subvenire »in den Sinn kommen« zurück, einer… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Souvenir — Sou ve*nir (? or ?), n. [F., fr. souvenir to remember, fr. L. subvenire to come up, come to mind; sub under + venire to come, akin to E. come. See {Come}, and cf. {Subvention}.] That which serves as a reminder; a remembrancer; a memento; a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • souvenir — /suveˈnir, fr. suv(J)&ni/ [vc. fr., dal v. souvenir «ricordare»] s. m. inv. ricordo, ricordino …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • souvenir — (del francés; pronunciamos suvenir ) sustantivo masculino 1. Recuerdo de un viaje, especialmente el que se fabrica para los turistas: Te he traído un souvenir de París …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Souvenir — (fr., spr. Suw nir), 1) Andenken, Erinnerung; 2) Erinnerungsgeschenk; 3) Gedächtnißbuch …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Souvenir — (franz., spr. ßuw nĭr), Andenken, Geschenk zum Andenken; auch soviel wie Notizbuch …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Souvenir — (frz., spr. ßuw nihr), Andenken, Geschenk zum Andenken …   Kleines Konversations-Lexikon

  • souvenir — index remembrance (commemoration), reminder, token Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”