pitié

pitié
(pi-tié) s. f.
   Sentiment qui saisit à la vue des souffrances et qui porte à les soulager.
   La pitié d'un malheur où nous voyons tomber nos semblables, nous porte à la crainte d'un pareil pour nous, cette crainte au désir de l'éviter, CORN. 2e disc..
   Je suis peu sensible à la pitié, et je voudrais ne l'y être point du tout ; cependant il n'est rien que je ne fisse pour le soulagement d'une personne affligée, LA ROCHEFOUCAULD Portrait..
   Mais un fripon d'enfant, cet âge est sans pitié, Prit sa fronde...., LA FONT. Fabl. IX, 2.
   Je veux vous prouver que la pitié est le mouvement le plus agréable de tous ; votre erreur provient de ce que vous confondez ce mouvement avec la douleur, LA FONT. Psyché, I, p. 100.
   Vous me faites une pitié extrême de la goutte de M. le chevalier, SÉV. 608.
   La pitié d'un rival punit mieux que sa haine, QUIN. Astrate, I, 2.
   Ne jetterez-vous point un regard de pitié sur ceux que l'indigence réduit aux dernières nécessités ?, BOURDAL. Exhort. char. env. les prison. t. I, p. 78.
   Si de tant de malheurs quelque pitié te touche, RAC. Bajaz. v, 8.
   Jamais femme ne fut plus digne de pitié, RAC. Phèdre, II, 5.
   Je ne vous dis point ma naissance pour me vanter, mais seulement pour vous inspirer quelque pitié de mes malheurs, FÉN. Tél. IV.
   Oui, la pitié est le contre-poison de tous les fléaux de ce monde ; voilà pourquoi Jean Racine prit pour devise, dans l'édition de ses tragédies, crainte et pitié, VOLT. Lett. de Launay, 8 déc. 1777.
   La terreur et la pitié, qui font le seul but, la seule constitution de la tragédie, VOLT. Olympie, note..
   Et la fausse pitié pire que le mépris, VOLT. Tancr. I, 4.
   La pitié naturelle est fondée sur les rapports que nous avons avec l'objet qui souffre ; elle est d'autant plus vive que la ressemblance, la conformité de nature est plus grande, BUFF. Quadrup. t. II, p. 139.
   La pitié qu'on a du mal d'autrui ne se mesure pas sur la quantité de ce mal, mais sur le sentiment qu'on prête à ceux qui le souffrent, J. J. ROUSS. Ém. IV.
   Les femmes sont plus sensibles que nous à la pitié, qui donne une sorte d'amour pour l'être faible et souffrant qu'on peut soulager, ST-LAMB. Sais. ch. I, note 1.
   Et c'est à l'homme heureux que la pitié sied bien, C. DELAV. Paria, III, 3.
   Mon malheur n'a donc point lassé votre pitié !, P. LEBRUN M. Stuart, v, 3.
   Au plur.
   Voilà ce que je dis ; puis des pitiés me viennent, Quand je pense à tous ceux qui sont dans le tombeau, V. HUGO Feuilles d'aut. 13.
   Par pitié, par un sentiment qui porte à plaindre et à soulager.
   Rends-moi ton coeur, ingrat, par pitié de toi même, TH. CORN. Ariane, III, 4.
   Il se croit quelque enfant rejeté par sa mère à qui j'ai par pitié daigné servir de père, RAC. Ath. I, 2.
   Fig.
   Par pitié de ma gloire Gardez-vous d'achever une indigne victoire, CORN. Oedipe, II, 4.
   Sans pitié, d'une façon inexorable.
   Les dieux l'ont traité sans pitié comme vous, FÉN. Tél. XXI.
   Vous [Sylla] avez exercé sans pitié les fonctions de la plus terrible magistrature qui fut jamais, MONTESQ. Dial. Sylla et Eucrate..
   Prendre pitié, être saisi de pitié.
   Prenez de votre sort tous deux quelque pitié, CORN. Héracl. I, 4.
   Oenone, prends pitié de ma jalouse rage, RAC. Phèdre, IV, 6.
   Avoir pitié, éprouver le sentiment de la pitié.
   Mettons fin à des jours que la Parque elle-même A pitié de filer, MALH. V, 1.
   Ayez pitié de moi, vous au moins qui êtes mes amis, ayez pitié de moi, car la main du Seigneur m'a frappé, SACI Bible, Job, XIX, 21.
   Pauvres gens, je les plains ; car on a pour les fous Plus de pitié que de courroux, LA FONT. Fabl. VII, 12.
   Il faut avoir pitié de soi, et avoir de la générosité pour soi-même, comme on en a pour les autres, SÉV. 51.
   M. Holwell a vu dans son gouvernement, en 1734, la plus belle femme de l'Inde, âgée de dix-huit ans, résister aux prières et aux larmes de milady Russell, femme de l'amiral anglais, qui la conjurait d'avoir pitié d'elle-même, VOLT. Lett. chinoises. 9.
   Faire pitié, inspirer le sentiment de la pitié. Ô d'un illustre époux noble et digne moitié.
   Dont le courage étonne, et le sort fait pitié, CORN. Pomp. III, 5.
   Il dit cela si tristement qu'il me fit pitié, PASC. Prov. II.
   La pitié qu'elle [Mme de Monaco] a faite n'a jamais pu obliger personne de faire son éloge, SÉV. 20 juin 1678.
   Ne vous fais-je point un peu de pitié de passer ma vie sans vous voir ?, SÉV. 5 nov. 1676.
   Votre petite d'Aix me fait pitié d'être destinée à demeurer dans ce couvent.... en attendant une vocation, vous n'oseriez la remuer, de peur qu'elle ne se dissipe, SÉV. 24 juill. 1680.
   Regarder en pitié, jeter un regard de pitié.
   La Pologne était nécessaire à son Église [de Dieu], et lui devait un vengeur ; il la regarda en pitié, BOSSUET Anne de Gonz..
   Dieu regarde en pitié son peuple malheureux, RAC. Esth. III, 4.
   C'est une pitié, c'est grande pitié, c'est grand'pitié, c'est une chose très digne de pitié.
   Un bûcheron perdit son gagne-pain... Ce fut pitié là-dessus de l'entendre, LA FONT. Fabl. V, 1.
   Pour vous elle est de flamme. - Elle ! - Et vous aime tant, Que c'est grande pitié, MOLIÈRE l'Ét. I, 6.
   [Chez M. de la Rochefoucauld] une grosse fièvre, une oppression, une goutte remontée ; enfin c'était une pitié, SÉV. 13 mars, 1680.
   Pour moi, je ne dors plus ; aussi je deviens maigre, C'est pitié, RAC. Plaid. I, 1.
   C'est grand'pitié quand le valet chasse le maître [paroles du président de Harlay aux ligueurs], GENLIS Mlle de la Fayette, p. 80, dans POUGENS.
   C'est grande pitié, c'est grand'pitié que de nous, c'est-à-dire la condition humaine est sujette à beaucoup de misères.
   Pitié, se dit quelquefois en un sens où il entre quelque mépris.
   Elle en eut pitié, mais de cette sorte de pitié qui porte au mépris, et qui ramène aussitôt après à la colère, RETZ Mém. t. II, liv. III, p. 490, dans POUGENS.
   Regarder, parler, traiter avec une pitié offensante, insultante, avec une apparence de pitié mêlée à des marques de mépris.
   C'est pitié, c'est une pitié, cela excite un certain dédain, fait hausser les épaules.
   Vous voyez que l'affaire du syndic m'avait mis hors de combat ; enfin, c'est une pitié que d'être si vive, SÉV. 192.
   De telles insinuations tournaient sa petite tête, que c'était une pitié, HAMILT. Gramm. 9.
   Que faisait-il ? il leur prêchait la paix ; C'était pitié qu'un si bon prince, LAMOTTE Fabl. IV, 1.
   Il se dit au pluriel dans le même sens.
   Il est vrai que ce sont des pitiés : Toute construction est par elle [Martine] détruite ; Et des lois du langage on l'a cent fois instruite, MOL. Femmes sav. II, 6.
   Avoir pitié, se dit en un sens de dédain.
   Combien vous aurez pitié de moi ! que mes éternelles inquiétudes vous paraîtront misérables !, CHATEAUBR. René..
   Regarder en pitié, avoir du dédain pour.
   Et, les deux bras croisés, du haut de son esprit, Il regarde en pitié tout ce que chacun dit, MOL. Mis. II, 5.
   Les femmes de la cour regardent en pitié les provinciales, BOUHOURS Nouv. Rem..
   Qui regarde en pitié les fables du Tenare, Et s'endort au vain bruit de l'Achéron avare, DELILLE Géorg. II.
   Faire pitié, exciter une pitié mêlée de dédain.
   Mais tu ferais pitié même à ceux qu'elle [ta fortune] irrite, Si je t'abandonnais à ton peu de mérite, CORN. Cinna, v, 1.
   Don Manrique : à tant de beaux exploits rendez cette justice, Et de notre pitié secondez l'artifice. - Carlos : Je suis bien malheureux, si je vous fais pitié, CORN. Don Sanche, v, 5.
   Vous me faites pitié ; faut-il vous expliquer cela davantage ?, PASC. Prov. XVI.
   Vous me faites pitié de nous demander des oranges ; c'est une étrange dégradation que de les voir gelées en Provence, SÉV. 13 déc. 1679.
   Leur ignorance [des Syracusains touchant la sépulture d'Archimède] fit pitié à Cicéron, et ne servit qu'à allumer encore davantage le désir qu'il avait de faire cette découverte, ROLLIN Hist. anc. Oeuvres, t. X, p. 101, dans POUGENS.
   Ces Parisiens qui n'ont jamais perdu de vue le dôme des Invalides, font pitié, ma parole d'honneur, CH. DE BERNARD la Femme de 40 ans, § 7.
   Raisonner, chanter à faire pitié, très mal.
   Quelle pitié ! c'est-à-dire que la chose mérite de dédain !
   Quelle pitié de voir que M. Bayle, un si beau génie, se plaise à déterrer les plus méprisables brochures...., D'OLIVET Hist. Acad. t. II, p. 203, dans POUGENS.
   Ne voilà-t-il pas une invention bien trouvée ? quelle pitié !, J. J. ROUSS. Émile, II.
   Quelle pitié ! c'est-à-dire quelle chose inexcusable !
   Ah ! mon Dieu, madame, vous voilà toute seule ? quelle pitié est-ce là ? toute seule !, MOL. Comtesse d'Esc. 2.
   De pitié, avec un sentiment de dédain.
   Fuis donc, Amour, ma couche solitaire ; Fuis ! car déjà tu souris de pitié, BÉRANG. Fuite de l'Amour..
PROVERBES
   Guerre et pitié ne s'accordent pas ensemble, c'est-à-dire à la guerre on n'est pas touché de pitié, et même il n'est pas sûr de l'être.
   Il vaut mieux faire envie que pitié.
   PITIÉ, COMPASSION. Ces deux mots se rapportent à un même mode de l'âme. Ce qui les distingue, c'est que pitié exprime plus particulièrement la qualité, la vertu, et compassion le sentiment, Aussi, pour peu qu'on personnifie, c'est de pitié que l'on se sert, et non de compassion ; et, dans la fable, quand le roseau dit au chêne : Votre compassion part d'un bon naturel, c'est compassion qui convient et non pitié.
   XIe s.
   Cel nen i a qui de pitet ne plurt, Ch. de Rol. LXIII.
   XIIe s.
   Qu'il ait de moi pitez, Ronc. p. 4.
   De ceste lasse or vous prenne pitié, ib. p. 169.
   Que ma dame fasse pitié descendre, Couci, v.
   Ne je ne truis [trouve] qui de moi ait pitié, ib..
   XIIIe s.
   À icel jor serez tuit mal bailli [tous en mauvais sort], Se sa pitié [de Dieu] ne couvre sa puissance, QUESNES Romancero, p. 97.
   Seigneur, li baron de France.... vous crient merci, qu'il vous preigne pitié de la cité de Jerusalem, VILLEH. XVI.
   Et sachiés bien veritelment, Qu'ele [tristesse] ploroit profondement : Nus [nul], tant fust durs, ne la veïst, à cui grant pitié n'en preïst, la Rose, 326.
   On ne meffet pas en delaier le jugement por savoir se li sovrains en aroit pité ou merci, BEAUMANOIR VII, 12.
   Pitiez est uns diz qui à la fin [du discours] aquiert la misericorde des oianz, BRUN. LATINI Trésor, p. 568.
   XIVe s.
   Et disoient li plus des plus grans qu'il y a, Que c'estoit grans pitez que Pietres tant regna, Guesclin. 6674.
   Laquelle chappellenie nous avons donnée en pitié et en aumosne à nostre bien amé chappellin, DU CANGE pietas..
   XVe s.
   Si en y avoit plusieurs qui ploroyent de la joye et de la pitié qu'ils avoient de ce qu'ils le recevoient dedans leur ville [Charles VII rentrant à Paris], MONSTREL. t. II, p. 148, dans LACURNE.
   [St Michel] lui raconta la pitié qui estoit au royaume de France, Procès de Jeanne d'Arc, cité par MICHELET, Hist. de France, t. v, p. 56. La pitié que l'homme doit avoir à Dieu, Hist. de la toison d'or, t. II, f° 64, dans LACURNE.
   Je estime que cecy vient de Dieu qui regarda en pitié ce royaulme, COMM. IV, 1.
   XVIe s.
   Je me foys pitié ou desdaing à moy mesme, MONT. I, 155.
   La lyesse eust esté comble et parfaicte, sans les grandes pitiez que nous veismes au camp du duc d'Alve, CARLOIX V, 27.
   C'est pitié que de nostre vie...., RONS. 409.
   Si elles [les vestales] venoient le moins du monde à faillir de leur corps, elles estoient cent fois plus punies rigoureusement que quand elles n'avoient pas bien gardé le feu sacré, car on les enterroit toutes vives avec des pitiez effroyables, BRANT. Dames gal. t. II, p. 242, dans LACURNE.
   Bourg. pidié ; prov. pietat, piatat, pitat, pidat; espagn. Piedad; portug. pidade ; ital. pietà ; <

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pitié — pitié …   Dictionnaire des rimes

  • pitié — [ pitje ] n. f. • 1080; lat. pietas, atis→ piété 1 ♦ Sympathie qui naît de la connaissance des souffrances d autrui et fait souhaiter qu elles soient soulagées. ⇒ attendrissement, commisération, compassion, miséricorde. « La pitié est un luxe… …   Encyclopédie Universelle

  • pitié — PITIÉ. s. f. Compassion. Sentiment de douleur pour les maux, pour les miseres d autruy. Avoir pitié de son prochain. avoir pitié des pauvres. estre touché de pitié. l estat où il est fait pitié, excite la pitié, émouvoir à pitié. cela est digne… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • pitié — et compassion qu on a de la misere d aucun, Miseratio, Commiseratio. Pitié qu on a d un povre, et la misericorde qu on luy fait en luy aidant de ses biens, Eleemosyna. Qui a pitié d aucun, Misericors, Clemens. Voila la pitié, Haec illa est… …   Thresor de la langue françoyse

  • pitie — PÍTIE s.f. 1. (Mit.) Preoteasă a lui Apolo la templul din Delfi. 2. (fam.) Ghicitoare, prezicătoare. [< fr. pythie, cf. gr. Pythia]. Trimis de LauraGellner, 25.07.2005. Sursa: DN  PÍTIE s. f. 1. (mit.) preoteasă a zeului Apolo la templul din… …   Dicționar Român

  • pitié — PITIÉ: Toujours s en garder …   Dictionnaire des idées reçues

  • PITIÉ — s. f. Compassion, sentiment de douleur, de commisération pour les souffrances, pour les peines d autrui. Avoir pitié de son prochain. Avoir pitié des pauvres. Être touché de pitié. L état où il est fait pitié, excite la pitié. Émouvoir la pitié.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PITIÉ — n. f. Compassion, sentiment de commisération pour les souffrances, pour les peines d’autrui. Avoir pitié de son prochain. être touché, saisi de pitié. Son état est à faire pitié. Cela est digne de pitié. La tragédie doit exciter la terreur et la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Pitié — Compassion Compassion personifiée: une statue du centre Epcot en Floride …   Wikipédia en Français

  • pitié — nf., compassion : bdyà (Rivière Enverse), mdyà (Leschaux), pedyà (Bogève, Chambéry, Giettaz, Saxel.002), pédyà (Combe Si.), pèdyà (Aix), pèdza, pètya (Cordon), petyà (Albertville, Arvillard), pètyà (Albanais.001, Thônes, AMA.), pityà (001, Balme… …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”