usurper

usurper
(u-zur-pé) v. a.
   S'emparer, par violence ou par ruse, des biens, de la dignité, du titre d'un autre.
   La Rapinière était dans une maison à deux lieues de là, qu'il avait usurpée sur une pauvre veuve, SCARR. Rom. com. II, 13.
   Il usurpe une autorité que Dieu ne lui a pas donnée, PASC. Prov. XIV.
   Dédaignant les trônes qui peuvent être usurpés, elle attacha son affection au royaume où l'on ne craint point d'avoir des égaux, BOSSUET Reine d'Anglet..
   La force nous est donnée pour conserver notre bien, et non pas pour usurper celui d'autrui, BOSSUET Hist. III, 6.
   Huit ans déjà passés, une impie étrangère Du sceptre de David usurpe tous les droits, RAC. Athal. I, 1.
   L'impie Achab détruit, et de son sang trempé Le champ que par le meurtre il avait usurpé, RAC. ib. I, 1.
   De nos plaideurs manceaux les maximes m'étonnent : Ce qu'ils n'usurpent pas, ils disent qu'ils le donnent, DUFRÉNY Réconcil. norm. I, 5.
   Le père de Charlemagne usurpa les Gaules sur les rois francs ; les gouverneurs sous la race de Charlemagne usurpèrent tout ce qu'ils purent, VOLT. Moeurs, 33.
   Cilon, allié de Théagène, tyran de Mégare, forma le projet d'usurper la tyrannie, et se rendit maître de la citadelle, CONDIL. Hist. anc. I, 16.
   Fig.
   C'est moi qui trouble votre repos, qui usurpe votre liberté, qui ne veut pas que vous ayez du loisir, BALZ. liv. IV, lett. 23.
   Venez, venez, madame, Faire voir quel pouvoir j'usurpe sur votre âme, CORN. Sertor. III, 3.
   Dans le calme odieux de sa sombre paresse, Tous les honteux plaisirs, enfants de la mollesse, Usurpant sur son âme un absolu pouvoir, De monstrueux désirs le viennent émouvoir, BOILEAU Épît. XI.
   Fig. Obtenir quelque chose par fraude, sans droit légitime. Usurper la réputation, la gloire, l'estime.
   Il défendait les découvertes d'autrui contre ceux qu'il soupçonnait de vouloir les usurper ou les nier, CONDORCET Bertin..
   V. n. Usurper sur, s'emparer au détriment de.... Vous usurpez sur mes droits.
   Moins le gouvernement peut usurper sur le souverain...., J. J. ROUSS. Contr. III, 8.
   Ce laboureur tâche toujours d'usurper sur ses voisins, d'accroître son terrain en poussant sa culture sur la leur.
   XIVe s.
   La commune renommée disoit qu'il vouloit usurper et avoir le royaume, BERCHEURE f° 30, recto..
   XVIe s.
   On ne doit nullement souffrir qu'en s'usurpant faussement l'honneur, ils violent la sainte institution de Jesus-Christ, CALVIN Instit. 875.
   Pour un mot il ne faudroit point esmouvoir noise, encore qu'il fust mal usurpé [employé], CALVIN ib. 1163.
   Nous usurpons si volontiers sur la maistrise..., MONT. I, 59.
   Les privileges fantastiques que l'homme s'est usurpé, de ..., MONT. II, 235.
   Il y en a aucuns qui, à faulses enseignes, usurpent le nom d'historiens, AMYOT Préf XII, 39.
   Provenç. et espagn. usurpar ; ital. usurpare ; du latin usurpare, proprement s'emparer par l'usage, par la possession, sans droit à l'acquisition, de usus, possession par usage, et rapere, ravir, par l'intermédiaire d'une forme, telle que usurapus.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • usurper — [ yzyrpe ] v. <conjug. : 1> • 1340; lat. usurpare 1 ♦ V. tr. S approprier sans droit, par la violence ou la fraude (un pouvoir, une dignité, un bien). ⇒ s arroger, s attribuer, s emparer. Usurper un pouvoir, un titre, un nom, des honneurs.… …   Encyclopédie Universelle

  • usurper — Usurper, et souvent user de quelque chose, soit en paroles ou en faits, Vsurpare. Usurper, s attribuer et prendre par authorité contre droict et raison, Aliquid vsurpare ex alterius bonis. Usurper et prendre le nom et tiltre de Roy, Asciscere… …   Thresor de la langue françoyse

  • Usurper — U*surp er, n. One who usurps; especially, one who seizes illegally on sovereign power; as, the usurper of a throne, of power, or of the rights of a patron. [1913 Webster] A crown will not want pretenders to claim it, not usurpers, if their power… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • usurper — n. A person who usurps a position. The Essential Law Dictionary. Sphinx Publishing, An imprint of Sourcebooks, Inc. Amy Hackney Blackwell. 2008 …   Law dictionary

  • USURPER — v. a. S emparer, par violence ou par ruse, d un bien, d une dignité, d un titre qui appartient à un autre. Il n était pas héritier de la couronne, il l avait usurpée. Usurper un titre, un droit. Fig., Usurper la réputation, la gloire, l estime, L …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • USURPER — v. tr. S’emparer, par violence ou par ruse, d’un bien, d’une souveraineté, d’une dignité, etc. Il n’était pas héritier de la couronne, il l’avait usurpée. Usurper un titre, un droit. Fig., Usurper la réputation, la gloire, l’estime, L’obtenir par …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Usurper — Usurp redirects here. You might be also looking for . Usurper (lat. usurpare = to seize for use, to use) is a derogatory term used to describe either an illegitimate or controversial claimant to the throne in a monarchy, or a person who succeeds… …   Wikipedia

  • usurper — [[t]juːzɜ͟ː(r)pə(r)[/t]] usurpers N COUNT A usurper is someone who takes another person s title or position when they have no right to. [FORMAL] …   English dictionary

  • usurper — usurp ► VERB 1) take (a position of power) illegally or by force. 2) take the place of (someone in power) illegally. DERIVATIVES usurpation noun usurper noun. ORIGIN Latin usurpare seize for use …   English terms dictionary

  • usurper — noun see usurp …   New Collegiate Dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”