bannir

bannir
(ba-nir) v. a.
   Chasser d'un pays, exiler. Les Tarquins furent bannis. Un décret le bannissait de l'Italie.
   Éloigner d'un lieu, éloigner de quelqu'un, exclure. Vous le bannissez de votre présence. Je le bannirai de ma maison.
   La fuite d'une cour que sa chute a bannie, RAC. Brit. II, 2.
   Seigneur, bannissez-le loin d'elle, RAC. ib..
   Je brûle, je l'adore, et loin de la bannir...., RAC. Mithr. IV, 5.
   Mais, seigneur, étant seuls, je parle avec franchise ; Bannissant les témoins, vous me l'avez permise, CORN. Sertor. III, 2.
   Fig. Éloigner, supprimer, ôter. Bannir de son âme tout souci. Il a banni le souvenir de vos bienfaits. L'inquiétude bannissait le sommeil. La crainte bannit la pitié.
   Que par des lois si équitables le peuple bannirait pour toujours la pauvreté, la jalousie et la discorde, VERTOT Révol. rom. liv. III, p. 229.
   Mais bannissez, madame, une inutile crainte, RAC. Brit. II, 6.
   Mais il ne put sitôt en bannir la pensée, RAC. Esth. I, 1.
   Se bannir, v. réfl. S'exiler. Il s'était banni de son pays.
   De l'univers entier je voudrais me bannir, RAC. Phèd. V, 7.
   S'éloigner de, ne pas fréquenter. Se bannir de la société, du monde.
   XIIe s.
   En sa grant ost fait banir [publier un ban] et crier, Ronc. p. 177.
   Et Sabine, à tousjours, de la terre est banie, AUDEFR. LE BAST. Romanc. p. 27.
   Encore aveit li reis comandé e bani Que, se en tute sa terre eüst clerc si hardi Qui à Rome apelast al lues le rei Henri, Sereient erranment tuit si chazel saisi, Th. le mart. 66.
   XIIIe s.
   Cil qui sont bani sor la hart du roiaume, BEAUMANOIR XII, 45.
   S'il est puis repris, il doit estre justiciés selonc le meffet par quoi il est banis, BEAUMANOIR XXX, 13.
   Por ce qu'il est banis ou por guerre ou por poverte, BEAUMANOIR XVIII, 14.
   Se li rois rapele aucun bani...., BEAUMANOIR L, 4.
   Les noms de ceus que nous aviemes novielement banis de no vile, Bibl. des Chartes, 2e série, t. III, p. 423.
   XIVe s.
   Assez [il] nous bannissoit de France le roion, Puisqu'il nous en voioit hors de la region, Guesclin. 17172.
   Laiens y ot pillars qui firent à blasmer ; Et maint bani aussi pooit-on là trouver, BEAUMANOIR XII, 20383.
   XVe s.
   Et avoient esté tous deux bannis et enchassés hors d'Angleterre avec la roine, FROISS. I, I, 28.
   XVIe s.
   Celui qui se veut exempter de recevoir la cene comme indigne, se bannit de prier Dieu, CALVIN Instit. 195.
   Luy reprochant que pour argent il rappelloit beaucoup de bannis, AMYOT Thém. 41.
   Craignant qu'il ne fust banny du ban de l'ostracisme, AMYOT Péric. 11.
   Lycurgus bannit l'or et l'argent de Lacedaemone, AMYOT Caton et Arist. comp. 5.
   Comme si c'est un confinement où les ames fussent releguées et bannies, AMYOT De la tranq. d'âme. 39.
   Ban ; picard, bennir ; provenç. et espagn. bandir ; ital. bandire.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Игры ⚽ Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bannir — [ banir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1213; frq. °bannjan « proclamer; convoquer des troupes »; cf. ban 1 ♦ Condamner (qqn) à quitter un pays, avec interdiction d y rentrer. ⇒ déporter, exiler, expulser, proscrire, refouler (cf. Mettre au ban).… …   Encyclopédie Universelle

  • bannir — BANNIR. v. a. Condamner par autorité de Justice à sortir d un État, d une Province, d un Ressort, etc. Bannir à son de trompe. Bannir à temps. Bannir à perpétuité. Bannir d un Ressort. Bannir du Royaume. f♛/b] Il signifie aussi, Chasser, éloigner …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bannir — Bannir. v. a. Exiler, faire sortir par authorité de justice, d un Estat, d une Province, d un Ressort &c. Bannir à son de trompe. bannir à perpetuité. bannir d un Ressort. bannir du Royaume. Il se prend fig. pour Chasser, esloigner. Il faut… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bannir — Bannir, voyez Banir …   Thresor de la langue françoyse

  • BANNIR — v. a. Condamner une personne à sortir d un pays, à être chassée ou transportée hors d un territoire, avec défense d y rentrer. Bannir à temps. Bannir à perpétuité. D après nos lois actuelles, on ne peut être banni qu à temps, c est à dire, pour… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BANNIR — v. tr. Condamner une personne à sortir d’un pays, à être chassée ou transportée hors d’un territoire, avec défense d’y rentrer. Bannir à temps. Bannir à perpétuité. Il fut banni de sa patrie. On l’a banni du pays. Par extension, il signifie, en… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bannir — ● vt. ►IRC To ban en anglais. Chasser définitivement quelqu un d un canal IRC quand on en est l OP. Quand quelqu un s est fait killer, il peut encore revenir, mais pas quand il a été banni …   Dictionnaire d'informatique francophone

  • bannir — vt. bani, C. => poni <punir> (Albanais, Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • annir — bannir …   Dictionnaire des rimes

  • bannissement — [ banismɑ̃ ] n. m. • 1283; de bannir ♦ Action de bannir; résultat de cette action. Dr. Peine criminelle infamante temporaire, réservée aux crimes politiques et qui consiste à interdire à qqn le séjour dans son pays. Le bannissement entraîne la… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”