désert

désert
désert, erte 1.
(dé-zêr, dé-zèr-t') adj.
   Qui est sauvage et sans habitants. Une campagne déserte. île déserte.
   C'est un instinct commun à tous les êtres sensibles et souffrants de se réfugier dans les lieux les plus sauvages et les plus déserts, BERN. DE ST-P. Paul et Virg..
   L'île était déserte, lorsque les Français y abordèrent en 1720 et changèrent son nom de Maurice en celui d'île de France qu'elle porte encore, RAYNAL Hist. phil. IV, 20.
   Une contrée déserte et inhabitée est la seule qu'on puisse s'approprier, RAYNAL ib. VIII, 1.
   Tantôt sur les sommets de ces roches antiques, Tantôt aux bords déserts des lacs mélancoliques, LAMART. Méd. I, 5.
   Dans des sables brûlants, sur des rochers déserts, VOLT. Fanat. II, 4.
   Vide, dépeuplé.
   Chiens, chasseurs, villageois s'assemblent pour sa perte.... C'est par là que de loups l'Angleterre est déserte, LA FONT. Fabl. X, 6.
   Par exagération, très peu fréquenté. Rue déserte. Quartier désert.
   Ces portiques, ces lieux que vous voyez déserts, De nombreux citoyens seront bientôt couverts, VOLT. Tancr. III, 3.
   Enfants infortunés d'une ville déserte...., VOLT. Triumv. III, 1.
   Fig. Où n'est plus la personne, la chose qui faisait le charme du lieu.
   Dans l'Orient désert quel devint mon ennui !, RAC. Bérén. I, 4.
   Terme d'ancienne pratique. Un appel était désert, quand celui qui l'avait interjeté ne l'avait pas relevé par lettres dans les trois mois.
   DÉSERT, INHABITÉ. Le lieu inhabité est celui qui est sans habitants, sans habitations. Un lieu désert non-seulement est inhabité, mais encore offre à l'esprit quelque chose de sauvage, de reculé loin de toute culture et même de toute civilisation.
   XIe s.
   Puis [depuis] icel jour en fut cent ans deserte, Ch. de Rol. LII.
   De tels barons come ore [la France] maint [demeure] deserte !, ib. CXXVI.
   XIIe s.
   François mourront, desert iert [sera] li païs, Ronc. p. 42.
   XIIIe s.
   Ele ert [était] en la forest toute la plus deserte, Berte, XXXV.
   XIVe s.
   ....La vertu moienne.... est innomée aussi comme se elle fust deserte, ORESME Eth. 127.
   XVe s.
   Il n'y auroit jamais nul recouvrer que nous et nos hoirs ne feussions destruits, et toute l'Angleterre deserte et en ruine, FROISS. II, II, 111.
   XVIe s.
   Craignant de voir habiter en sa cité un desert [homme sans ressources] necessiteux et indigent, sans heritage ne maison, AMYOT Arist. et Caton comp. 5.
   Lors il se trouvoit [Aratus] pauvre, desert et affligé, et en grand danger de sa propre personne, AMYOT Arat. 51.
   Bourguig. dézar ; provenç. et catal. desert ; espagn. desierto ; ital. deserto ; du latin desertus, de deserere, abandonner. Dans l'ancienne langue, désert avait sa signification complète et s'appliquait aux personnes dans le sens d'abandonné, de privé de.
————————
désert 2.
(dé-zêr ; le t ne se lie pas : un dé-zêr affreux ; au pluriel, l's ne se lie pas : des dé-zêr affreux ; cependant quelques-uns lient : des dé-zêr-z affreux) s. m.
   Lieu, pays sauvage et désert.
   L'esprit de Dieu conduit Benoît au désert, MASS. Panég. St Benoît..
   Quel climat, quel désert a donc pu te cacher ?, RAC. Esth. I, 1.
   Les déserts autrefois peuplés de sénateurs Ne sont plus habités que par leurs délateurs, RAC. Brit. I, 2.
   Étant partis d'Horeb, nous passâmes par ce grand et effroyable désert que vous avez vu, SACI Bible, Deutéron. I, 19.
   Voici le plus beau désert qu'on puisse voir ; n'admirez-vous pas ces ruisseaux qui tombent des montagnes, ces rochers escarpés, et en partie couverts de mousse ?, FÉN. Dial. des morts mod. Léger, Ébroin..
   De déserts en déserts errant, persécuté, VOLT. Mérope, V, 1.
   Ses sorties journalières [de Napoléon], qu'éclairait toujours un soleil brillant, dans lequel il s'efforçait de voir et de montrer son étoile, ne le distrayaient point ; au triste silence de Moscou morte se joignait celui des déserts qui l'environnent, et le silence encore plus menaçant d'Alexandre, SÉGUR Hist. de Nap. VIII, 10.
   Fig.
   Je ne me plais qu'avec le monde, et tout sans lui m'est un désert et m'ennuie, BOURD. Pensées, t. II, p. 393.
   Ils voudraient être au fond des déserts, mais ils n'ont pas la force de se faire un désert du monde lui-même, MASS. Profess. relig. Sermon 1.
   Le seul qui m'entendît encore dans ce désert peuplé, STAËL Corinne, XIV, 3.
   Ô toi qui m'apparus dans ce désert du monde, Habitante du ciel, passagère en ces lieux, ô toi qui fis briller dans cette nuit profonde Un rayon d'amour à mes yeux, LAMART. Médit. I, 17.
   J'ai vécu ; j'ai passé ce désert de la vie, Où toujours sous mes pas chaque fleur s'est flétrie, LAMART. ib. I, 18.
   Par extension, lieu, pays peu habité, retiré.
   Il n'y a rien ici, c'est un désert, SÉV. 161.
   Et parfois il me prend des mouvements soudains De fuir dans un désert l'approche des humains, MOL. Mis. I, 1.
   Le seul bruit de leur approche fait un désert des contrées les plus habitées, RAYNAL Hist. phil. V, 34.
   Par exagération. Faire un désert de sa maison, ne recevoir personne.
   Je ne ferai point un désert de ma maison, parce qu'il s'y passe des choses qui me déplaisent comme à vous, DIDEROT Père de famille, III, 7.
   Familièrement. Parler, prêcher dans le désert, n'être pas écouté.
   Se retirer au désert, dans le langage de Port-Royal, s'enfermer dans une étroite retraite.
   Aller entendre la parole de Dieu au désert, locution des protestants qui, après la révocation de l'édit de Nantes, se réunissaient dans des lieux écartés et déserts pour entendre le prêche, qui était interdit sous des peines très sévères.
   Fig. Absence complète, manque absolu.
   Quel plan de philosophie plus simple [que celle de Platon] ! quelles vues plus nobles ! mais quel vide ! quel désert de spéculation !, BUFFON Animaux. Système de génération.
   XIIe s.
   Auquant home s'en estoient alé el desert, Machab. I, 2.
   E li reis Sedechias s'enfuid par la champaine del desert, Rois, p. 434.
   Et cest vin, que ces [ceux-là] en beivent qui se alasseront [lasseront] par aventure al desert, ib. 178.
   Deus enseverad [mit à part] le lignage Levi, et eslit et retint especialment à son servise del tabernacle, qui primes fud levez al desert de Sinaï, ib. 2.
   [Le mal] Que nous soufrons en cest desert sauvage, Ronc. p. 81.
   XIIIe s.
   Or vois comme Fortune sert Çà jus en ce mondain desert, la Rose, 6366.
   XIVe s.
   Ne tint voie ne sente li drommons soufisans, Vers Inde le [la] majour, es desers d'Abrahans, Baud. de Seb. X, 1065.
   XVIe s.
   Ceulx de qui la mer, les montagnes et les deserts inhabitables ne peuvent arrester l'avarice, AMYOT Pyrrh. 23.
   Provenç. et espagn. desert ; espangn. desierto ; ital. deserto ; du latin desertum (voy. désert 1).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Desert — Désert Pour les articles homonymes, voir Désert (homonymie). Vallée de la mort (en Californie …   Wikipédia en Français

  • deşert — DEŞÉRT, ÁRTĂ, (1) deşerţi, arte, adj., (II) deşerturi, s.n. I. adj. 1. Care nu conţine nimic în interior; gol. 2. (Despre terenuri, ţări, regiuni) Lipsit de vietăţi şi de vegetaţie; pustiu. ♦ Nelocuit, nepopulat. 3. fig. Lipsit de temei; amăgitor …   Dicționar Român

  • Desert — Des ert, a. [Cf. L. desertus, p. p. of deserere, and F. d[ e]sert. See 2d {Desert}.] Of or pertaining to a desert; forsaken; without life or cultivation; unproductive; waste; barren; wild; desolate; solitary; as, they landed on a desert island.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • désert — DÉSERT, ERTE. adj. Inhabité, ou qui n est guère fréquenté. Lieu désert. Ville déserte. Campagne déserte. [b]f♛/b] On dit au Palais, qu Un appel est désert, Quand celui qui l a interjeté, ne l a pas relevé par lettres dans les trois mois. [b]f♛/b] …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Desert — Des ert (d[e^]z [ e]rt), n. [F. d[ e]sert, L. desertum, from desertus solitary, desert, pp. of deserere to desert; de + serere to join together. See {Series}.] 1. A deserted or forsaken region; a barren tract incapable of supporting population,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Desert — De*sert (d[ e]*z[ e]rt ), v. t. [imp. & p. p. {Deserted}; p. pr. & vb. n. {Deserting}.] [Cf. L. desertus, p. p. of deserere to desert, F. d[ e]serter. See 2d {Desert}.] 1. To leave (especially something which one should stay by and support); to… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Désert — (franz. für Wüste) ist der Name folgender Personen: Alex Désert (* 1968), US amerikanischer Schauspieler, Musiker und Synchronsprecher Claire Désert (* 1967), französische Pianistin Solen Désert Mariller (* 1982), französischer Kurzstreckenläufer …   Deutsch Wikipedia

  • desert — DESERT, [des]erte. adj. Inhabité, qui n est guere frequenté. Lieu desert. ville deserte. campagne deserte. l Arabie deserte. Il est aussi substantif, & signifie un lieu desert. Desert sauvage. desert effroyable. les deserts de l Arabie. les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • desert — DESÉRT, deserturi, s.n. Fel de mâncare, de obicei dulciuri, fructe, brânzeturi etc., care se serveşte la sfârşitul mesei; timpul când se serveşte această mâncare. – Din fr. dessert. Trimis de IoanSoleriu, 12.07.2004. Sursa: DEX 98  desért s. n …   Dicționar Român

  • desert — Ⅰ. desert [1] ► VERB 1) leave without help or support; abandon. 2) leave (a place), causing it to appear empty. 3) illegally run away from military service. DERIVATIVES desertion noun. ORIGIN Latin desert …   English terms dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”