demeure

demeure
(de-meu-r') s. f.
   Retard, délai.
   Oui, sans plus de demeure, Pour l'intérêt des dieux je consens qu'elle meure, CORN. Théod. III, 6.
   Le ciel ne veut point de demeure, LAMOTTE dans DESFONTAINES.
   Son temps venu, [il] ne fait longue demeure, LA FONT. Berc..
   Sans plus longue demeure, Il lui dit en deux mots...., LA FONT. Fianç..
   Vous êtes cause qu'en demeure Je me trouve présentement, LA FONT. Cord..
   Être en demeure envers quelqu'un, être en retard de bons offices.
   Je n'étais pas en demeure de ce côté-là, BOSSUET Lett. quiét. 455.
   Je me trompe en doutant de tout, et je suis en demeure à l'égard de la vérité qui se présente à moi, FÉN. Exist. 240.
   Il y a péril en la demeure, le moindre retardement peut causer du préjudice.
   Terme de procédure. Retardement, le temps qui court au delà du terme où l'on est tenu de faire quelque chose.
   Mettre quelqu'un en demeure de, le sommer de remplir une obligation, un engagement. Mise en demeure, sommation de faire telle ou telle chose.
   Durée de la résidence. Je ne ferai pas longue demeure en cette maison.
   Par extension, habitation, domicile.
   Mais qu'eussent-ils gagné par un siècle d'années, Ou que leur avint-il en ce vite départ, Que laisser promptement une basse demeure Qui n'a rien que du mal, pour avoir de bonne heure Aux plaisirs éternels une éternelle part ?, MALH. I, 4.
   Ce que je trouve admirable, c'est qu'un homme qui s'est passé, durant sa vie, d'une assez simple demeure, en veuille avoir une si magnifique pour quand il n'en a plus que faire, MOL. D. Juan, III, 7.
   Tant que nous sommes détenus dans cette demeure mortelle, nous demeurons assujettis au changement, parce que, si vous me permettez de parler ainsi, c'est la loi du pays que nous habitons, BOSSUET Duch. d'Orl..
   Elle va descendre à ces sombres lieux, à ces demeures souterraines, pour y dormir dans la poussière avec les grands de la terre, BOSSUET ib..
   Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père, SACI Bible, Év. St Jean, XIV, 2.
   Il y a dans les sciences plusieurs places honorables, comme il y a, si l'on en croit l'Évangile, plusieurs demeures dans la maison du Père céleste, D'ALEMBERT Lettre au roi de Prusse, 1er mars 1765.
   Ils pénètrent en foule à la demeure auguste...., VOLT. Orphel. I, 2.
   Lieu de résidence. Samos est leur patrie et Rhodes leur demeure.
   Loin du monde elle fait sa demeure et son gîte, RÉGNIER Sat. XIII.
   Où la cour faisait sa demeure ordinaire, BOSSUET Hist. III, 5.
   Au delà de ces lieux gardez-vous d'avancer ; C'est des ministres saints la demeure sacrée, RAC. Athal. III, 2.
   Tivoli, qui fut la demeure de tant d'hommes célèbres, de Brutus, d'Auguste, de Mécène, de Catulle, mais surtout la demeure d'Horace, STAËL Corinne, VIII, 4.
   Fig.
   Dieu y avait établi sa demeure, BOSSUET Hist. II, 8.
   En ce temple où tu fais ta demeure sacrée, RAC. Athal. III.
   Coeur où Dieu seul avait fait sa demeure, MASS. Av. Jug..
   Terme de chasse. Endroit fourré de bois où se retirent les cerfs. Bonne demeure, demeure bien fourrée. Demeure douce, taillis de 5 ou 6 ans.
   Terme de rhétorique. Sorte de figure appelée plus souvent commoration, épimone, insistance, qui consiste, comme l'indique ce dernier mot, à insister sur quelque raison.
   À demeure, loc. adv. De manière à ne pas changer de résidence.
   Que j'étais déjà assez dupe d'avoir si mal employé mes quarante écus, et que je ne le serais pas au point de lui céder à demeure la bonne place, MARMONTEL Mém. XI.
   Par extension.
   Quand je retrouvais dans la poussière des bibliothèques d'Italie les chefs-d'oeuvre de l'antiquité grecque, je n'étais pas à demeure [domicilié] dans ces bibliothèques, P. L. COUR. I, 250.
   En parlant des choses, de manière à n'être pas déplacé, ôté. Établir un châssis à demeure. Objets attachés à un fonds à perpétuelle demeure.
   Labourer à demeure, donner le dernier labour avant de semer. Semer à demeure, répandre la semence dans un lieu d'où la plante ne doit pas être transplantée.
   XIIe s.
   [Il] saisi l'espié, puis monte sanz demor, Ronc. p. 54.
   Comment que longue demeure [interruption] [j'] Aie faite de chanter, Ore est bien raison et heure Que [je] m'i doie retourner, Couci, IV.
   XIIIe s.
   Il avoient mandé [le marchis] par tant de messages que à paine que il ne diervoient [désespéraient] por sa demeure [retard], H. DE VALENC. XX.
   La longueur de la demorre du terme ne tolt au seignor son poeir, Ass. de Jér. 221.
   [Dieu] Qui Jonas garda en la mer Par grant amor, Les trois jors qu'il i fist demor, RUTEB. 203.
   Grans biens ne vient pas en poi d'hore ; Ains convient metre demore, la Rose, 4196.
   Et un pou après mons. Jehan de Waleri revint, qui blasma le roy et son conseil de ce que il estoient en demeure, JOINV. 227.
   XVe s.
   De Messine se partit le mareschal sans y faire longue demeure, Bouciq. I, ch. 30.
   XVIe s.
   En ses sommations, delay aulcun et demoure aulcune il n'admet, RABEL. Pant. IV, 57.
   Elle nous commenda de ce lierre chascun de nous se faire ung chappeau albanoys ; ce que fut faict sans demoure, RABEL. ib. V, 34.
   Ne pense pas, que l'amour et vrai zelle, Que te portons, jamais finisse et meure Pour ta trop longue et fascheuse demeure, MAROT II, 28.
   Il est certain qu'au milieu d'elle Dieu fait sa demeure eternelle, MAROT IV, 91.
   Icy je fais pour tousjours ma demeure, AMYOT Ant. 91.
   Pompeius uy respondit avec quelque demeure [délai], et d'une parole mal asseurée, que...., AMYOT Pomp. 86.
   Ils [les indigènes d'Amérique] ont je ne sçay quels prebstres et prophetes, qui se presentent bien rarement au peuple, ayants leur demeure aux montaignes, MONT. I, 238.
   Voy. demeurer ; provenç. demora, s. f. et demor, s. m.{{}}; espagn. demora ; ital. dimora. L'ancien français, outre demore et demor, avait demorance ; Berry, demeurance, <
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
DEMEURE.
   Ajoutez :
   Et que ceux qui seraient en demeure [retard] de payer dans lesdits délais, demeureraient déchus de ladite diminution et contraints au payement total..., Arch. des financ. Arrêts du Cons. d'État du 9 mai 1702.
   Fig. La dernière demeure, la sépulture. Conduire quelqu'un à sa dernière demeure.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Поможем решить контрольную работу

Regardez d'autres dictionnaires:

  • demeure — [ d(ə)mɶr ] n. f. • XIIe; de demeurer I ♦ Vx ou loc. 1 ♦ Vx Le fait de demeurer, de tarder. ⇒ délai, retard. « Voyons donc ce que c est, sans plus longue demeure » (P. Corneille). ♢ Mod. Loc. Il y a PÉRIL EN LA DEMEUR …   Encyclopédie Universelle

  • demeuré — demeure [ d(ə)mɶr ] n. f. • XIIe; de demeurer I ♦ Vx ou loc. 1 ♦ Vx Le fait de demeurer, de tarder. ⇒ délai, retard. « Voyons donc ce que c est, sans plus longue demeure » (P. Corneille). ♢ Mod. Loc …   Encyclopédie Universelle

  • demeure — DEMEURE. sub. fém. Habitation, domicile, lieu où l on habite. Belle, agréable demeure. Triste, sombre, vilaine demeure. Choisir, établir sa demeure quelque part. Changer sa demeure. Changer de demeure. f♛/b] Il signifie aussi Le temps pendant… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • demeure — DEMEURE. s.f. Sejour, habitation, domicile. Belle, agreable demeure. triste, sombre, vilaine demeure. faire sa demeure en un endroit. il n y a pas fait longue demeure. choisir, establir sa demeure quelque part. changer de demeure. Demeure, en… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • demeure — Demeure, a verbo Demorari. Lieu de demeure, Domicilium, Habitatio, Locus habitationis. Demeure qu on fait en quelque lieu, Mansio. Prendre, eslire et establir sa demeure, Capere sedem. Longue demeure, Lenta mora, Diuturna mora. Faire longue… …   Thresor de la langue françoyse

  • demeuré — demeuré, ée (de meu ré, rée) part. passé. Resté, laissé. Demeuré en arrière, il hâta le pas. •   C est peut être affliger le public que de lui annoncer ces différents projets, demeurés sans exécution entre des mains si savantes...., FONTEN.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • demeuré — Demeuré, [demeur]ée. part. Il n a point d usage dans la signification de faire sa demeure …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Demeure — Porté dans la Loire et le Rhône, le nom se rencontre aussi en Savoie. Il devrait désigner celui qui est originaire d un lieu dit Meure. En Savoie, Meure est un hameau à Gerbaix. Le toponyme (également nom d une commune en Haute Marne, Meures,… …   Noms de famille

  • DEMEURE — s. f. Habitation, domicile, lieu où l on habite. Belle, agréable demeure. Triste, sombre, vilaine demeure. Choisir, établir sa demeure quelque part. Changer sa demeure. Changer de demeure.   Il signifie aussi, Le temps pendant lequel on habite un …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DEMEURE — n. f. Habitation. domicile. Choisir, établir sa demeure quelque part. Changer sa demeure. Changer de demeure. Il se dit, en termes de Jurisprudence, du Retard, du temps qui court au delà du terme où l’on est tenu de payer ou de faire quelque… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”