convenance

convenance
(kon-ve-nan-s') s. f.
   Rapport, conformité.
   Je vous défie, mes pères, d'y trouver ni la moindre apparence d'ambiguïté ni la moindre convenance avec les sentiments de Genève, PASC. Prov. 16.
   Quelle convenance y eut-il entre l'offrande et celui qui la recevait ?, GODEAU Prières, dans RICHELET.
   C'est autre chose de faire tout convenablement [comme les animaux], autre chose de connaître la convenance [comme l'homme], BOSSUET Conn. V, 2.
   Tout a ses convenances et ses rapports dans la nature, CHATEAUB. Génie, I, V, 9.
   Mariage de convenance, mariage où les conjoints se conviennent par rapport à la fortune et à la position.
   Toutes les convenances qui font les grands mariages s'accordaient avec ce penchant mutuel, MARMONT. Contes moraux, Deux infort..
   Qualité de ce qui est convenable.
   Convenance et clarté, voilà les deux principales qualités de l'élocution, BARTHÉL. Anach. ch. 58.
   Au plur. Bienséance. Observer, respecter, braver, violer les convenances.
   Que signifie ce sacrifice des convenances de la nature aux convenances de l'opinion ?, J. J. ROUSS. Hél. II, 2.
   Le ton d'un homme qui possède au plus haut degré le don de plaire et le sentiment exquis des convenances, BARTHÉL. Anach. ch. 61.
   On dit aussi au singulier : Il a été d'une convenance parfaite.
   Raisons de convenance, motifs de pure bienséance. Des raisons de convenance m'ont forcé d'agir ainsi.
   Dans le langage didactique, raisons de convenance, raisons plausibles, mais qui ne sont pas démonstratives. Peu usité maintenant en ce sens.
   Convenances oratoires, juste rapport entre le style d'un auteur, le langage d'un orateur, et le sujet qu'il traite, ainsi qu'entre les circonstances, le temps, les lieux, les moeurs, les personnes.
   Commodité particulière. Avoir une chose à sa convenance. Payer la convenance.
   Le caprice, les convenances arrangent et dérangent tout, MARMONT. Contes moraux, Scrup..
   XIIIe s.
   Il s'agenoilla tout plorant, et leur jura seur sains que il à bonne foi tenroit les convenances [conventions], VILLEH. XIX.
   Li noms de convenance est generals à touz les marchiez en quoi les parties se consentent, Digeste, f° 26.
   Ci define li capitres de compaignie qui se fet par coustume ou par convenance, BEAUMANOIR XXI, 35.
   XVe s.
   Et s'allierent par certaines convenances, que, si l'un des trois pays avoit à faire contre qui que ce soit, les deux autres le devoient aider, FROISS. I, I, 125.
   Mieux vault courtoisie de gré que ne fait convenance [convention, obligation], Perceforest, t. V, f° 32.
   XVIe s.
   Il les remunere des benedictions, lesquelles estoyent deuës à l'observation entiere de sa loy, par la convenance [convention] qu'il avoit faite, CALV. Instit. 633.
   Convenances vainquent loi, LOYSEL 356.
   Tout estant commun entre eux, et leur convenance n'estant qu'une ame en deux corps, selon la très propre definition d'Aristote, MONT. I, 215.
   Il l'avoit faict entrer en la ville pour executer les convenances de la reddition accordée, MONT. III, 292.
   En cecy y a il une generale convenance entre tous les philosophes de toutes sectes, que...., MONT. II, 208.
   Ils les appointerent par convenance que les Rhodiens demoureroient alliez avec Antigonus et Demetrius envers tous et contre tous, fors seulement contre Ptolemaeus, AMYOT Démétr. 27.
   Berry, convenance, convention ; provenç. conveniencia, conveniensa, convinensa, covinensa ; espagn. conveniencia ; du latin convenientia, de conveniens, part. présent de convenire (voy. convenir). Convenance dans l'ancienne langue signifiait ce dont on est convenu, convention.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • convenance — [ kɔ̃vnɑ̃s ] n. f. • fin XIIe « pacte »; de convenir 1 ♦ Littér. Caractère de ce qui convient à sa destination. ⇒ accord, adéquation, affinité, conformité, harmonie, pertinence, rapport. Convenance d humeur, de caractère, de goût entre deux amis …   Encyclopédie Universelle

  • convenance — CONVENANCE. subs. f. Rapport, conformité. Ces choses là n ont point de convenance l une avec l autre Être elles. Quelle convenance y a t ilentre des choses si différentes? Pour bien discourir des choses, il en faut observer les convenances et les …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • convenance — Convenance. s. f. Rapport, conformité. Ces choses là n ont point de convenance l une avec l autre. quelle convenance y a t il entre des choses si differentes? pour bien discourir des choses, il en faut observer les convenances & les differences.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • convenance — Convenance, f. penac. Est accord fait entre deux ou plusieurs, sur quelque chose debatuë reciproquement, ou de chose future. Pactum, Conuentio, et vient du verbe Latin Conuenio. Il fait convenance et accord avec eux, par le moyen d une grande… …   Thresor de la langue françoyse

  • Convenance — Con ve*nance, n. [F., fitness, suitableness.] That which is suitable, agreeable, or convenient. [1913 Webster] And they missed Their wonted convenance, cheerly hid the loss. Emerson. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • convenance — (n.) late 15c., from Fr. convenance convention, agreement, convenience, from convenant, prp. of convenir to come together (see CONVENE (Cf. convene)) …   Etymology dictionary

  • convenance — index decorum Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • convenance — convention, usage, *form …   New Dictionary of Synonyms

  • convenance — [kän′və nəns, kän′vənäns΄; ] Fr [ kōnv näns′] n. pl. convenances [kän′vənən siz, kän′vənän΄siz; ] Fr [, kōnvnäns′] [Fr, fitness, propriety < convenir, to be in accord, fit < L convenire,CONVENE] conventional social usage …   English World dictionary

  • CONVENANCE — s. f. Rapport, conformité, accord. Ces choses là n ont point de convenance l une avec l autre, entre elles. Quelle convenance peut il y avoir entre des choses si différentes ? Il n y a point de convenance entre l architecture de cet édifice et sa …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”